Immobilier en 2010 : sans réelles surprises selon Novemo.com

Au cours de l’année 2009, le marché immobilier s’est en définitive mieux comporté que prévu. Fin 2008, les prévisions étaient en effet particulièrement sombres compte tenu de la tempête financière qui s’est abattue sur les marchés.
L’important recul des taux d’emprunts en 2009, additionné aux dispositifs mis en place par l’état, visant à soutenir un secteur fragilisé, ont permis d’éviter une véritable catastrophe.
Les conditions d’accès aux crédits immobiliers sont très attractives et maintiennent une activité certaine du secteur.
Toutefois, le marché ressent inévitablement la hausse inconsidérée des années allant respectivement de 1997 à 2007. Durant cette décennie, l’immobilier a connu un essor incomparable accusant une hausse de 130 % et plus, selon les diverses régions de France.

Dans l’ensemble, le secteur immobilier restera particulièrement fébrile même s’il bénéficie d’une demande vigoureuse.
En effet, le financement et les ressources financières des ménages constituent un obstacle imposant au retour d’une activité abondante. Les transactions seront pénalisées par le faible volume d’acquéreurs potentiels. De ce point de vue, la tendance continue de s’orienter à la baisse pour cette nouvelle année.
L’année 2010 pourrait s’apparenter à 2009 au niveau des volumes de transactions immobilières. Le profond réajustement du marché n’est donc pas près de s’achever d’autant qu’une possible remontée des taux d’emprunts courant 2010 favoriserait un recul plus conséquent des prix.
Sans surprise, l’immobilier en France, qui a fortement souffert ces derniers mois, risque de traverser d’autres difficultés durant cette longue phase de correction des prix permettant de resolvabiliser peu à peu les ménages et retrouver des valeurs conformes à leurs capacités financières.
Le secteur immobilier paye plus que jamais les excès du passé et se situe encore bien loin du bout du tunnel.

Particulier à particulier : vente maison / vente appartement

04 jan, 2010