Le cuir utilisé en sellerie et maroquinnerie

Le cuir, c’est de la peau de bête, celle-ci est accommodée pour être façonnée et pour se fumer. Néanmoins voici divers interprétations : Le tannage consiste à rénover une peau putréfiable en cuir imputrescible. Il peut être végétal, les cuirs sont alors fixés avec du tan, c’est à dire de l’écaille d’arbres (chêne ou châtaignier par exemple) ou aux sels de chrome, la cuir reçoit une défilé d’opérations chimiques à base d’irritant chromique et divers plusieurs produits. L’aubaine du tannage végétal est qu’il ne conduis pas d’anaphylaxie, malheureusement il est alors précieux. La devanture apparente du cuir allégée des poils est nu et dénommée côté fleur. L’autre faciès rude et squameuse, est le profil chair.

Néanmoins il subsiste divergents cuirs différant en qualité, voici plusieurs précisions :

  • Mouton : C’est le cuir le moins dispendieux et de moindre vertu. De maigre compacité, il satisfait pour accomplir ses principales armes.
  • Chèvre : Cuir de parfaite qualité disposant un grain apparent.
  • Porc : Très fastueux cuir gardant une tonalité brillante.
  • Daim : Prodigieux cuir employé pour les gilets, sacs et pantoufles.
  • Vache, vachette : Cuir ferme connaissant une fleur unie et claire, il est très employé en tannerie.
  • Veau : Cuir d’excellente qualité, très agréable, moins consistant que la vache mais nettement plus cher.

Certains cuirs : alligator, alevin, python, gecko, alyte et galuchat etc.

On conçoit aussi :

  • Le cuir entière fleur : Cuir possédant son étendue d’origine, il est ainsi le plus robuste.
  • Le cuir fleur découpée : Cuir dont on a enlevé l’épaisseur tout en sauvant le côté fleur.
  • La croute de cuir : C’est l’autre section acquise lors de la refente, le flanc chair et donc sans fleur. Elle est le plus fréquemment enveloppée de peinture ou de polyuréthane pour feindre le côté fleur.
  • Le Nubuck : Cuir râtelé produit à partir d’un cuir pure fleur ou fleur découpée. le cuir suédé : Cuir élastique, retourné et exécuté sur le sens chair et pas dans le côté fleur.

Il y a bien sur d’autres caractérisations à introduire mais je vous ai administré les principales. Vous remarquerez du cuir en peaux totales, en plaques carrées de toutes formes (15×20 20×30. 30×50 etc…), en lanière pour les écharpes et en rubans ronds ou écrasés. Pour vos exercices de maroquinerie, je vous préconise du cuir de 1.5mm d’épaisseur et si utilité de 0.5mm pour les doublures; et, pour des gaines du cuir dur de 2.5 à 3.5mm. N’oubliez pas que le cuir est une substance première précieuse et en conséquence réduisez la découpe des différentes parties de vos créations et sauvez les chutes pour modeler des tests (laque, clous, presse rivets, repoussage, sculpture).



03 Mar, 2012

Rédigé par : outilsloisirs

Classé dans : Non classé

Classé dans le(s) signet(s):

Aucune réponse pour "Le cuir utilisé en sellerie et maroquinnerie"

Notre sélection d'articles sur une thématique proche.